Home > Campagnes solidaires > n° 358 - février 2020
Partager sur :

CAMPAGNES SOLIDAIRES


Campagnes solidaires est le mensuel de la Confédération paysanne, engagé avec les paysans et les acteurs du mouvement social dans l'émergence d'autres mondes possibles.

C'est un point de ralliement pour ceux qui veulent comprendre les réalités de la vie et des luttes paysannes dans le monde et ici en Europe.

C'est aussi un espace pour ceux qui veulent s'exprimer sur ces réalités et la manière d'agir sur elles.

Informer, c'est contribuer au débat sur les sujets de société tels que les OGM, la sécurité alimentaire et la mondialisation...

Campagnes Solidaires, notre, votre journal, tente chaque mois de restituer les résistances et les espoirs de ces luttes. Nous avons besoin de vous pour continuer ce combat.

Le numéro du mois

n° 358 - février 2020
Editorial
Sommaire Dossier Archives

Editorial

S’affranchir des pesticides

Au milieu de l'actualité de la réforme des retraites et des grèves qui en découlent, le ministère de l'Agriculture a présenté un bilan du plan Ecophyto et renouvelé ses ambitions pour Ecophyto II+, nouveau plan « visant à réduire la dépendance aux produits phytosanitaires et à accroître la protection des populations », selon les termes officiels.
Le 7 janvier, lors de la réunion du Comité d'orientation et de suivi de ce plan, ce ne sont pas moins de quatre ministres qui sont venus affirmer la volonté du gouvernement de réduire de 50 % l'usage des pesticides chimiques de synthèse en 2025, alors même que le premier plan sur dix ans est un échec.
Le constat : aucune baisse de l‘usage, et au contraire une hausse marquée sur 2018 que les un·es ou les autres n'ont pas manqué de justifier, prenant pour cible, entre autres, les indicateurs (bien sûr).
Mais enfin, alors que le ministre n'a de cesse de nous dire qu'il suivra les avis de la science, rien que la science, mettant en avant les lumières de la raison qui jusqu'ici lui permettent de prétendre protéger les populations en reculant l'épandage des pesticides de quelques mètres des habitations, de quel obscurantisme relèvent les discours qui inondèrent la salle du ministère ce jour de janvier ? Assénant que nous étions dans des impasses techniques, qu'il n'existe pas d'alternatives ? Alors même que le développement de l'agriculture biologique, les résultats obtenus par les fermes pilotes du réseau Dephy ou celles des groupes techniques d'économie en intrants de diverses associations de développement agricole prouvent le contraire !
S'affranchir des pesticides est une nécessité pour tou·tes. A la Confédération paysanne, nous y travaillons. Nous réclamons depuis de nombreuses années un cadre réglementaire pour utiliser des alternatives, comme les préparations naturelles peu préoccupantes, et accompagner les paysan.nes techniquement et économiquement.
Celles et ceux qui, le pied sur le frein, protègent des intérêts économiques qui ne sont pas les nôtres, crient à l'agribashing, enveniment les peurs et portent une grave responsabilité. Ces tenants d'un modèle dépassé sont les voix de la discorde.
S'affranchir des pesticides, c'est repartir à la conquête de notre autonomie paysanne, mais c'est aussi en libérer la société tout entière. C'est l'affaire de tous et de toutes. Ensemble, paysan.nes et citoyen.nes, prenons le chemin de notre modernité !

Damien Houdebine,
paysan dans la Sarthe,

TROUVEZ UNE CONF'
NOUS CONTACTER Confédération paysanne de la Vienne
Avec le concours financier de la Région Nouvelle-Aquitaine www.nouvelle-aquitaine.fr
06 08 22 05 87 - conf86@confederationpaysanne.fr -